Autels


L’exposition des Autels en 2001 au museum kunst palast à Dusseldorf posait la question de savoir si les expressions visuelles des religions d’aujourd’hui étaient de l’art ou pas. Lorsqu’on s’intéresse à d’autres cultures en dehors des centres urbains et du réseau des galeries, on s’aperçoit que l’essentiel des expressions visuelles relève de la religion, de la magie, de croyances traditionnelles et de rites funéraires. Faut-il continuer à les ignorer au nom d’une doctrine hégélienne « sacrément » vernaculaire et vieillotte ? La modernité et le colonialisme se sont rabattus comme deux volets sur les autres cultures pour exclure du champ de l’art et de la création toutes ces pratiques. Comment expliquer que l’essentiel des collections des musées de Beaux-Arts relève de la religion alors qu’elle est inexistante dans l’art contemporain


1images/Autels_scan_bis.jpeg